Menu

GESTION DE BANKROLL - LA MARTINGALE

Allons droit au but : la martingale c’est quoi? Rien de plus simple qu’une technique qui consiste à augmenter ta mise de paris en paris, selon la côte choisie de manière à toujours gagner plus que ce que tu as engagé sur les paris précédents.
L’idée est simple :

Imaginons que nous partions avec une Bankroll de 315€ et une mise initiale de 5€ sur une côte à 2.00. Pour ce pari, on envisage de gagner 5.00€ de bénéfice et donc de passer la Bankroll à 320€. Si le pari est gagnant, très bien, tu peux ré-engager une mise de départ 5€ (ou plus). Si le pari est perdant, pour rattraper ton gain, il faudra que tu engages, selon la côte, de quoi rattraper ton pari précédent et obtenir un bénéfice. Exemples selon les côtes du match joué : Côte à 1,50 : Il faudra engager 20€ pour rembourser ta mise de départ et gagner les 5€ que tu avais envisagé de gagner sur le premier pari Côte à 2,00 : Il faudra engager 10€ (sur les côtes à 2,00, il suffit toujours de doubler dans les martingales) pour rembourser ta mise de départ et gagner les 5€ que tu avais envisagé de gagner sur le premier pari Côte à 3,00 : Il faudra engager 5€ pour rembourser ta mise de départ et gagner les 5€ que tu avais envisagé de gagner sur le premier pari. Au final, la martingale peut se jouer de bien des manières dans le pari sportif lorsqu’on se fixe : Un objectif de gain Un niveau de Bankroll Un ordre de côte précis (ou bien qu’on calcule les coefficients multiplicateurs) La martingale est une très bonne technique à condition de savoir s’auto-gérer et démarrer sur des mises en rapport avec sa Bankroll, il n’est par exemple pas cohérent de démarrer une série à 25€ lorsque vous avez 200€ de Bankroll car en doublant votre mise (dans le cadre d’une martingale sur une côte à 2.00) vous n’aurez que trois chance de valider votre gain prévu à la base de la série (premier pari de 25€, deuxième de 50€, troisième de 100€, il ne vous reste plus que 25€ en Bankroll si le troisième pari est consécutivement perdant)

LA MARTINGALE, PLUSIEURS MÉTHODES, PLUSIEURS ISSUES

MARTINGALE À GAIN FIXE

Vous avez pour objectif de remporter l’équivalent de votre mise de départ en bénéfice sur la série et dans ce cas vous multipliez votre mise uniquement pour en remporter l’équivalent : Exemple : Premier pari, vous engagez 10€ sur une côte à 2.00, l’objectif de gain est de 10€ (C’est le bénéfice que vous réaliserez si le pari est validé) Possibilité 1 Si le pari est perdant, et que vous trouvez une côte à 1.40 sur laquelle continuer votre série, vous miserez 50€ sur la côte à 1.40 = Vous gagnez 70€, auxquels on soustrait au total 60€ de mise (les 10 du premier pari et les 50 du deuxième) donc 10€ de bénéfice final. Possiblité 2 Si le pari est perdant, et que vous trouvez une côte à 3.00 sur laquelle continuer votre série, vous miserez encore 10€ sur la côte à 3.00 = Vous aurez gagner 30€, avec au total 20€ de mise (les 10 du premier pari et les 10 du deuxième) donc 10€ de bénéfice final. Les exemples les plus connus de l’exploitation de la martingale à gains fixes sont les paris sur les matchs nuls à la MT, les côtes avoisinent toujours les 2.00 (donc très ressemblante à la forme initiale de la martingale qui se veut de doubler sur chaque pari perdant) Dans ce cas, vous misez 10€ sur un match que vous jugez en capacité d’être un nul à la Mi-temps, si le pari est perdant, vous retrouvez une côte à 2.00 ou encore un match nul à la Mi-temps pour faire la même chose jusqu’à ce que ce résultat soit celui espéré. En France, on parlait souvent de la Ligue 2 comme étant l’un des championnats avec le moins de buts inscrits (Défenses plus fortes que les attaques, moyenne de buts inférieures à 1,5 / matchs) et ceci faisait l’affaire des joueurs qui menaient ce genre de paris puisque les 0-0 à la MT étaient alors monnaie courante. Avec une Bankroll faible, c’est le plus safe à faire jusqu’à ce que vous ayez suffisamment de capital pour passer à des mises supérieures (et donc des côtes légèrement inférieures), jusqu’à envisager d’augmenter ses gains dans la même série.

MARTINGALE À GAIN VARIABLE

LES CHRONIQUES PERTINENTES

Vous avez une Bankroll qui commence à s’élever et vous rehaussez vos objectifs de gain, vous profitez d’un moment plein des saisons de paris (on évite généralement les périodes creuses comme les trêves ou périodes internationales pour adopter cette méthode, pour faire une comparaison au poker, on choisit toujours des moments de dynamiques pour faire ce qu’on appelle des “rush”, c’est la même chose dans le pari sportif: Moment de dynamique = période d’affluence des compétitions donc vous maitrisez les analyses…) Nous sommes donc en période positive et vous accumulez des sommes assez intéressantes pour « flamber ». Vous pouvez alors tenter l’exponentielle, ce qu’on appellera un “shot” dans la gestion par unités fixes et donc :

Augmenter les mises sur des côtes équivalentes au pari précédent

Vous avez misé 10 unités sur une côte à 2.00 pour 10 unités de gain, si celui-ci est perdant et que vous avez une grosses confiance sur le pari suivant, vous ne misez pas 20 unité pour obtenir vos 10 unités de bénéfices, mais 30 unités pour obtenir un bénéfice de 20 unités à la fin de ce qu’on appellera “une série” Pour définition, la “série” est la suite de pari perdant, il s’agit d’une série de pari lorsqu’elle a été validée par le dernier pari (gagnant) Dans ce cas il faut savoir que vous prenez le risque de voir votre série subitement s’enflammer puisque si vous perdez les fois d’après, les mises seront les suivantes : 60€ sur le troisième pari / 120€ sur le quatrième… etc au lieu de 40 et 80€ si vous étiez resté sur l’idée de remporter l’équivalent de votre mise initiale (on reste pour le coup dans le cadre de la côte à 2.00, seul cas dans lequel vous doublez votre mise initiale) D’un autre côté, rien n’empêche de repasser sur un objectif de 10€ de bénéfice, et donc remiser la somme de 50€ sur le pari suivant, puis 100€… etc ceci étant toujours plus élevé que ce qui était envisagé à la base, mais tout de même intéressant si on ne veut pas voir ses mises s’envoler. La plus traditionnelle de ces méthodes nous vient du match nul de football. Il s’agit d’une côte à 3.00 sur lesquels les joueurs de “gains variable” double leur mise à chaque palier de leur série. Nous appelerons “palier” chaque match propre à une série. Ainsi, le premier match et la mise initiale sera le palier 1, etc… En doublant à chaque palier sur une côte avoisinant les 3.00, le gain sera exponentiel à chaque mise et logiquement, plus vous gagnez tard, plus vous engrangerez de bénéfice mais évidemment, avec des mises bien plus importantes et des “risques” triplés.

Conserver le même multiplicateur de mises sur des côtes plus importantes

Vous avez misé 10 unités sur une côte à 2.00 pour 10 unités de gain, si celui-ci est perdant et que vous avez une belle confiance sur une côte à 3.00 pour le pari suivant, vous pouvez miser les 20€ prévus initialement pour une autre côte à 2.00 Ainsi, si vous remportez votre pari, vous aurez un bénéfice de 30€ au lieu de celui de 10€ envisagé à la base



CONCLUSION DE CES DEUX MÉTHODES DE JEU

On peut retourner la martingale dans tous les sens possibles et l’adapter à notre Bankroll et à nos objectifs (mises basses sur des côtes hautes, mises hautes sur des côtes basses et inversement) C’est la raison pour laquelle ce genre de système colle bien avec les analyses des analystes capable de lire correctement dans les côtes, et savent juger la valeurs de celles-ci et annoncer des fiabilités cohérentes. Ceci-dit, il n’y a rien d’infaillible et les séries de défaites peuvent arriver… Le gros avantage, c’est qu’on peut faire de la Martingale une technique safe, comme un peu plus risquée selon la manière de l’exploiter et le montant de sa Bankroll. Quelle que soit la manière que vous aurez de l’utiliser, de la plus safe à la plus risquée, on dépend toujours de la confiance que vous apportez à la côte en question : Raison pour laquelle l’indice de confiance doit être un véritable indicateur.

LA MARTINGALE, ENTRE GAINS ET LIMITES

Un gain limité pour une Bankroll conséquente

Quand on démarre une série de martingale, il y a deux choix: La prise de risque ou l'assurance. La prise de risque serait de démarrer son premier palier sur une somme haute et de devoir surrenchérir de manière exponentielle sur la base de ce premier pari. Exemple : J'ai 350 Unités de Bankroll au départ de ma martingale et je décide de jouer sur des côtes approximativement à 2.00 Dans le premier cas, j'engage 20 unités sur mon premier pari côté à 2.00, je joue donc pour un gain net de 20 unités à la fin de ma martingale. Dans le deuxième cas, j'engage 5 unités sur mon premier pari côté à 2.00, je joue donc pour un gain de 5 unités. Dans le premier cas, avec 20 Unités de départ, je n'aurais que 4 chances de passer mes paris côtés à 2.00. Dans le deuxième cas, je me laisse un peu plus de chances puisque je peux me tromper 6 fois avant de ne plus avoir suffisamment en Bankroll et perdre toute ma mise. Toute la problématique est là, quand on décide de faire une martingale, il faut être d'une extrême patience, ce qui est généralement difficile pour un joueur, mais indispensable pour gagner à long terme. Pour la petite anecdote, la martingale est née dans les casinos avec les double chances (rouge / noir - pair / impair - manque / passe). Certains joueurs qui venaient avec une Bankroll plus importante que ce que détenait le casino en capital ont réussi à faire fermer certains établissement tellement cette technique est profitable aux joueurs patients et organisés. C'est pour cette raison que les casinos imposent désormais des limites de jeu, vous ne pourrez pas doubler indéfiniment... Limites qui n’existent pas dans les paris sportifs, en effet les seules limites auxquelles vous vous confrontez dans le sport, c’est votre capacité à gérer vos séries et le montant de votre Bankroll

Soumis à la loi des séries

La martingale est le système de gestion de Bankroll le plus soumis à la loi des séries. En effet, il suffirait à quelques Bankroll 5 ou 6 défaites de suite pour faire banqueroute. Inutile de l’illustrer, vous multipliez constamment vos mises dans les défaites, donc vous vous exposez à la défaite plus rapidement. Il y a deux manières de pallier à ça :

La patience d’un joueur de poker

La première est psychologique, il faut absolument savoir se retenir et s’empêcher de vouloir constamment remiser sur des côtes sur lesquelles vous n’avez aucune idée de l’indice de confiance, juste par volonté de récupérer votre argent perdu. Toujours avoir à l’esprit que la défaite fait partie intégrante du jeu et que la précipitation n’amènera jamais rien de bon dans nos paris sportifs ! À ce sujet, nous vous conseillons de lire notre article à propos du caractère des joueurs expert dans lequel nous évoquons notamment cette capacité à gérer les défaites.

La gestion d'un financier

La deuxième est plus relative à la gestion de sa Bankroll, il faut toujours se laisser quelques tours d’avance en fonction du capital disponible et ne jamais sur-évaluer une confiance sans quoi les séries peuvent prendre trop d’ampleur, trop rapidement. En clair, ne pas hésiter à commencer des séries sur de faibles unités si sa Bankroll ne permet pas de faire plus.

La patience est la qualité numéro 1 du joueur

Le soucis de la martingale, c’est qu’il faut faire preuve d’une énorme patience pour l’adopter, ce qui pose un véritable problème puisque l'impatience, c’est généralement le pire défaut des parieurs inexpérimentés. En définitive, la martingale convient très bien à tous les joueurs et la Bankroll importe peu, vient ensuite le choix de comment aborder sa martingale. Prendre des risques avec des mises agressives et des séries commencées très hautes ou rester plus safe avec de petites mises et des séries qui permettent de se roder… C’est là tout le défi d’adopter cette méthode de gestion de Bankroll que nous ne déconseillons pas, bien au contraire, sauf aux parieurs incapables de s’auto gérer. Si vous faites preuve de discipline, alors Banko, place au premier palier !